FFLS 2022

La Fête fédérale de lutte suisse et des jeux alpestres (FFLS) aura lieu cette année à Pratteln. Jusqu'à 400'000 spectateurs sont attendus pour suivre les sports traditionnels suisses que sont le lancer de la pierre, le hornuss et la lutte suisse.

Vous trouverez plus d'informations sur la FFLS 2022 sur le site officiel esaf2022.ch 

GF est partenaire officiel de la couronne

Pratteln,  le lieu où se situe à la FFLS 2022 2022, n'est qu'à 15 minutes de route de notre site de production (GF JRG) à Sissach. Quoi de plus naturel que GF, grand employeur de la région, s'engage comme partenaire de la couronne ?

Nous sommes fiers de contribuer au succès de la FFLS. Il est particulièrement important pour nous que tout le monde ait de l'eau potable à disposition sur le site de la fête. En tant que partenaire officiel de la couronne, nous fournissons gratuitement des produits pour les installations d'eau potable sur l'immense terrain de la fête. Pour le temple des cadeaux, GF met à disposition de superbes prix, comme le trychel GF, fabriqué à la main spécialement pour la FFLS.

En savoir plus sur les produits JRG sélectionnés

GF JRG fournit toutes les armatures de raccordement ainsi que tous les raccords électrosoudables et à compression pour la FFLS il est ainsi en grande partie responsable de l'approvisionnement en eau sur le site de la fête.

Lutteur sponsorisé

Fabian Staudenmann, 22 ans, de Guggisberg, est un lutteur passionné depuis douze ans. Il a remporté sa première couronne en 2017 lors de la fête de lutte du Seeland à Meinisberg. Depuis, il a remporté de nombreuses autres couronnes - dont une à la Fête fédérale de lutte suisse et des jeux alpestres à Zoug en 2019, ce qui fait de lui un candidat définitif à une victoire à la FFLS 2022.

GF JRG est un fier sponsor de ce lutteur ambitieux et l'a rencontré pour une interview. 

1. Comment es-tu venu à la lutte ?

Enfant, je n'étais pas le plus facile. En hiver, je faisais partie du club de ski et j'étais sur les skis tous les week-ends, mais en été, j'étais relativement inactif. C'est pourquoi mes parents voulaient que je fasse du sport en été également. En 2010, alors que j'avais dix ans, j'ai regardé la Fête fédérale de lutte suisse et des jeux alpestres à la télévision. Pendant deux jours, j'ai été collé à l'écran et j'ai suivi la fête de lutte. Peu après, il y a eu une journée d'initiation à la lutte à l'Association cantonale bernoise de lutte suisse, à laquelle j'ai participé - et je suis resté.  

2. Que signifie la lutte pour toi ?

La lutte signifie beaucoup pour moi. Il ne s'agit pas seulement d'un sport ou d'un hobby, mais d'une grande portion de passion. Cela implique que beaucoup de temps et d'énergie sont consacrés à ce sport, non seulement par moi, mais aussi par mon entourage, c'est-à-dire ma famille et mon amie. J'ai beaucoup de chance avec eux, car ils me soutiennent inconditionnellement, mentalement mais aussi pratiquement. Par exemple en lavant les vêtements d'entraînement ou lorsque je rentre à la maison et que mon amie a déjà préparé le dîner. De mai à août, il y a les compétitions de la saison, mais après, je rattrape ce que je n'ai pas pu faire pendant les compétitions : des vacances avec ma copine ou des sorties avec des amis, par exemple. 

3. comment te prépares-tu à la FFLS ? C3. Comment t'entraînes-tu à la con-dition physique et à la force nécessaires pour la lutte ?

Pendant l'intersaison, en dehors des compétitions, nous nous entraînons sept à huit fois par semaine. Il s'agit d'entraînements de lutte et d'athlétisme. L'entraînement de lutte comprend beaucoup de travail technique, soit en apprenant de nouveaux virages, soit en peaufinant la technique des virages existants. L'entraînement athlétique est avant tout un entraînement de force. Il permet de développer la musculature. Dans mon cas, il s'agit principalement de la musculature des jambes et du tronc. Lors du swing, on travaille beaucoup à partir des jambes. Nous entraînons l'endurance nécessaire avec l'entraînement par intervalles sur le vélo ou au moyen du Metabolic Circuit Training.

Plus nous approchons de la saison des compétitions, plus nous entraînons l'endurance de la lutte de compétition - qui dure alors six à sept minutes - ou la lutte plus courte, axée sur la qualité de l'entraînement des virages - qui ne dure alors que trois minutes.

Les compétitions en elles-mêmes ne durent pas si longtemps, car les combats sont épuisants. Des études sur les taux de lactate montrent que la lutte est physiquement très exigeante et demande beaucoup d'efforts. Le passage chez le physiothérapeute est régulièrement programmé, comme pour la plupart des sportifs de haut niveau. 

4. À quoi fais-tu particulièrement attention en matière d'alimentation ?

Ce n'est pas un sujet très important pour nous. Il est surtout important de manger équilibré et en quantité suffisante. En lutte, il n'y a pas de catégories de poids, je dois juste veiller à ne pas perdre de poids.

Les compétitions durent parfois plus de six heures. Je veille alors à avoir un apport constant en glucides, c'est-à-dire en énergie. Je les obtiens à partir de bananes, d'Appenzeller Biberli, de shakes énergétiques et protéinés ainsi que de boissons sportives à base de glucides.

 

5. Que signifie pour toi l'eau potable?

J'aime beaucoup boire de l'eau. J'en consomme environ 4,5 litres par jour. Même à l'entraînement, je ne bois presque que de l'eau. Souvent, ce sujet n'est pas assez pris en compte et apprécié en Suisse, car l'eau potable est une évidence pour nous. A l'étranger, tu vas d'abord au supermarché et tu achètes quelques litres d'eau en bouteille, juste pour avoir quelque chose à boire. En Suisse, nous laissons simplement couler l'eau du robinet. Nous devrions être plus conscients du fait que ce n'est pas normal partout dans le monde.

 

6. Aimes-tu boire de l'eau propre du robinet ou faut-il toujours que ce soit de l'eau minérale en bouteille ?

Je bois presque exclusivement de l'eau du robinet, à la maison de toute façon. Ce n'est qu'au restaurant que je peux prendre de l'eau minérale.

 

7. Que fais-tu de toutes les couronnes que tu as déjà gagnées au cours de ta carrière?

La plupart des lutteurs les exposent quelque part. Moi, par contre, je ne peux presque pas le dire à haute voix, j'ai actuellement rangé les miennes pour des raisons de place. 

 

8. Que ferais-tu avec les munitions si tu en gagnais une à la FFLS?

Comme presque tous les rois de la lutte, je choisirais l'argent du prix et non le munition. Rares sont ceux qui ont besoin d'un munition ou qui ont la place ou une ferme pour l'entreposer.

 

 

9. Pourquoi la lutte est-elle à nouveau à la mode chez les jeunes?

Je pense que la lutte est redevenue populaire parce que c'est un sport traditionnel et que des valeurs comme le respect sont considérées comme très importantes. Ces valeurs sont à nouveau respectées et les compétitions attirent également les jeunes. Lors des fêtes de lutte, le pouls est différent, c'est calme et sans stress, on prend son temps toute la journée et on est là, tout simplement. Pour moi, en tant que visiteur, les compétitions sont une sorte d'échappatoire au stress quotidien et contrastent avec l'époque agitée et rapide dans laquelle nous vivons actuellement. Ces jours-là, il s'agit simplement d'être dans le moment présent et de profiter de l'ambiance paisible de cette journée

 

Notre #GFalaFFLS Social Wall

Montre-nous que tu es toi aussi présent au plus grand festival de Suisse ! Ajoute le #GFalaFFLS à ta photo sur les réseaux sociaux et apparais ici .

Avez-vous des questions?

Nos collaborateurs du vente technique du bâtiment se tiennent à votre disposition à tout moment !

 

Georg Fischer Rohrleitungssysteme (Schweiz) AG

Amsler-Laffon-Strasse 9

8201 Schaffhausen

Suisse

GF logo on the headquarters building